Lutter contre les fourmis


Les fourmis appartiennent à l'ordre des hyménoptères (ailes membraneuses) tout comme les abeilles, les guêpes et les bourdons. Environ 15 000 espèces sont répertoriées dans le monde. En France, quelque 180 espèces ont pu être identifiées, mais 4 se retrouvent principalement dans les zones bâties et à l'intérieur des habitations.

La fourmi d'Argentine

Cette fourmi longue de quelques millimètres (2 à 2,5 mm) est de couleur jaune foncé ou brun clair. Les colonies comprennent plusieurs reines et des milliers d'ouvrières, une colonie peut s'étendre à une ville entière, c'est l'une des espèces les plus répandues et des plus invasives. La fourmilière est située à l'extérieur des bâtiments mais les fourmis y pénètrent pour se nourrir, elles sont omnivores mais privilégient les aliments sucrés. La fourmi d'Argentine est principalement présente sur le pourtour de la Méditerranée.
Cette fourmi est très agressive envers les autres espèces, allant jusqu'à détruire les colonies indigènes. Elle a un comportement également destructeur vis-à-vis de la flore et notamment des bourgeons. Elle affecte les Orangers, Mandariniers et Citronniers, puis les Figuiers, les Cerisiers, les Pêchers, les Poiriers, voir la Vigne qui sont touchés.

La fourmi noire

La fourmi noire mesure 4 mm, sa couleur : brun foncé ou noir. Elle a une très bonne vue, jusqu'à 50 mètres et plus. Elle possède des petites antennes qui lui permettent de reconnaître amis ou ennemis, mais aussi de chercher la nourriture. Cette fourmi nidifie à l'extérieur, dans les jardins, sous les dallages, dans l'herbe, sous les murs. Elle est insectivore. En plus elle mange du miel, des fruits et du miellat. Le miellat est le liquide que lâchent les pucerons.
Pour prendre le miellat, elle monte sur des plantes et elle y trouve des pucerons et prend leur miellat. Plusieurs colonies peuvent coexister sur un même lieu. La fourmi noire est présente sur tout le territoire.

La fourmi pharaon

La fourmi pharaon mesure entre 1,5 et 2,5 mm de long. Sa couleur : jaune brun pour les ouvrières, brun foncé presque noire pour les mâles et brun-rouge pour les reines. Comme les autres fourmis, la fourmi pharaon est un insecte social. Les adultes de la colonie appartiennent à des castes (ouvrières, reines, mâles) d'apparences différentes. En France, en raison de leurs besoins en température et en humidité, les infestations se produisent de préférence dans les bâtiments d'habitation, hôtels, hôpitaux et les locaux contenant des denrées alimentaires. La fourmi pharaon est un insecte omnivore. Elle se nourrit d'aliments sucrés, par exemple des biscuits, des sirops, des jus de fruits, des gâteaux, aussi bien que d'aliments gras ou riches en protéines (fromages, viandes, charognes). Elle chasse également des petits insectes et mange leurs oeufs. Une colonie peut compter plusieurs dizaines de milliers d'individus. Ces fourmis sont désormais les plus répandues au monde.

La fourmi charpentière

Les adultes mâles et femelles ont des ailes au moment de l'accouplement. Le corps de la fourmi rouge charpentière est noir brunâtre et son thorax est brun rougeâtre. La fourmi noire charpentière est de couleur noire brunâtre avec de longs poils sur l'abdomen.
La présence des fourmis charpentières dans une maison indique souvent un problème d'humidité ou le pourrissement des structures bois, mais elles peuvent aussi quelquefois creuser dans du bois sain. Elles apprécient tout particulièrement les résineux. Contrairement aux termites, elles ne mangent pas le bois, mais l'éjectent sous forme de sciures. Donc si vous constatez de la sciure au sol, il se peut qu'elles aient élu domicile chez vous. L' accumulation de sciure au sol est un signe qu'il ne faut pas négliger. Les fourmis charpentières sont des fourmis capables de causer de réels dommages sur les structures en bois tel que le bois de charpente en y creusant des galeries, et donc fragilisent les édifices.

Organisation sociale en castes :

  • la caste royale : les reines sont chargées du renouvellement de la population des colonies,
  • la caste des sexués : mâles ou femelles chargés de la multiplication des colonies,
  • la caste des ouvrières : assure la construction de la fourmilière, la récolte de la nourriture, la protection et l'alimentation de la reine. Dans cette organisation, 5 à 10% des ouvrières sortent de la fourmilière, c'est donc contre elles que la lutte sera menée.


Cycle de vie :

Dans leur développement, les fourmis subissent une métamorphose complète : au départ, les oeufs sont généralement de couleur blanchâtre, se transforment en larves, puis nymphes et enfin, adultes.
La fécondité des reines, variable selon les espèces, est d'au moins plusieurs centaines d'oeufs. Les reines vivent en général plusieurs années.
Les nuisances sont de plusieurs natures :

  • pollution des aliments,
  • dégradation du cadre de vie,
  • contamination par des germes pathogènes : la fourmi pharaon peut poser un véritable problème de santé publique,
  • pullulation de pucerons élevés par des fourmis pour se nourrir de leur miellat,
  • dégâts sur les structures : bois et isolants.

En raison des inconvénients et des dangers qu'elles représentent, les fourmis sont considérées comme des nuisibles contre lesquels le Règlement Sanitaire Départemental oblige les occupants de logements et de locaux de préparation ou de vente d'aliments à lutter.

Traitements :

  • inspection des lieux afin d'identifier l'espèce à combattre. L'existence d'une colonne de fourmis permet de repérer la zone à traiter en priorité, sans oublier les terrasses, balcons et plantes qui recèlent souvent des fourmilières.
  • traitement par pulvérisation de surface avec des insecticides de contact (création d'une barrière chimique) entrainant la destruction immédiate des insectes ou la destruction différée par le transport de l'insecticide au sein de la fourmilière.
  • mise en place d'appâts selon l'espèce de fourmis.