Le rat d'égout ou surmulot

LE RAT BRUN ou surmulot, appelé également rat d'égout est un rongeur trappu de la famille des Muridae. Il a un corps long d'environ 25 cm et une queue d'a peu près la même taille. La queue du surmulot est annelée et couverte d'écailles. Très sensible au toucher, le rat s'en sert pour reconnaître les surfaces et les textiles.

Adulte il pèse environ 300g, il est donc plus grant et plus lourd que son proche parent le rat noir. La musculature développée du rat lui permet de courir et de sauter (parfois jusqu' à 1m de hauteur et 1,20m de longueur). Le rat brun est également un très bon nageur, il peut nager 800m.

MODE DE VIE :

Le surmulot est aujourd'hui présent sur tous les continents, il s'est propagé grâce aux déplacements maritimes. Qu'on le veuille ou non, le rat nous accompagne partout. C'est le plus bel exemple d'une adaptation parfaitement réussie. Il vit au contact des humains et plus particulièrement dans les espaces urbains équipés d'égouts. C'est un animal nocturne, omnivore à tendance carnivore qui se nourrit des déchets des citadins. L'essentiel des surmulots nichent dans les égouts qui leur offrent un abri dépourvu de prédateurs et des opportunités de nidification. Grégaire, le rat brun vit la plupart du temps en groupe très hiérarchisé.

Le rat brun est omnivore opportuniste. Il se nourrit de tout ce qu'il parvient à dérober à d'autres animaux. Un rat mange et boit journalièrement l'équivalent de 10% de son poids.

Dans les milieux urbains, le rat s'alimente surtout de déchets domestiques et de réserves de nourriture alors que dans les milieux ruraux, il s'alimente dans les récoltes emmagasinées et parfois de matière animale. Le rat brun se montre extrêmement prudent lorsqu'il découvre toute nouvelle nourriture. Il peut parfois attendre plusieurs jours avant de goûter un aliment qu'il ne reconnaît pas et il peut alors n'en consommer qu'une petite quantité pour évaluer les effets de cet aliment inconnu.

Le rat brun est abondant dans les villes et les agglomérations rurales, les populations de rats se dispersent parfois en été dans les champs environnants, mais la plupart des individus reviennent s'abriter dans les bâtiments durant l'hiver. Il vit essentiellement dans les lieux humides pour lesquels il a une prédilection, il creuse des terriers et des galeries dans les sous-sols des bâtiments et aux abords des habitations et fréquente les égouts. Le rat brun préfère rester près du sol. La sécurité du nid est garantie par l'aménagement de plusieurs issues de sortie afin de permettre au rat une fuite plus aisée.

REPRODUCTION :

Le rat brun est un animal extrêmement prolifique. Une seule femelle peut donner naissance à une soixantaine de petits par an. A ce rythme, une femelle pourrait théoriquement avoir 1000 descendants en une année et 2500 dans sa vie entière mais une jeune femelle ne peut donner en principe, qui'un maximum de 10 jeunes lors de sa première portée. La femelle peut être à nouveau fécondée quelques heures après la mise bas. La rate accouche en moyenne de 6 à 12 petits par portée et peut avoir 4 à 7 portées par an.

L'HOMME ET LE RAT BRUN :

Cette espèce est connue comme vecteur possible de nombreuses maladies, ce qui fait considérer le rat brun comme un animal nuisible et potentiellement invasif, au même titre que plusieurs autres espèces de rats.

Les rats sauvages peuvent transmettre comme d'autres animaux de nombreuses maladies à l'homme : peste, salmonellose, leptospirose aussi appelée "maladie du rat", typhus murin, sodoku, fièvres, rages, trichinoses.

Le rat sauvage est encore de nos jours un vecteur potentiel de la peste, toutefois, dans les pays occidentaux, il peut surtout transmettre la leptospirose.

TRAITEMENT :

1. Inspection des lieux pour identification de l'espèce, son nombre et la source d'infestation. De ce fait, élaboration d'un plan d'action qui sera différent selon les lieux, le degré d'infestation et adapté aux parties privatives ou lieux accessibles au public.

2. Traitement chimique (rodonticides dissimulés dans des postes d'appâtage sécurisés, également sous forme de blocs hydrofuges ou sachets étanches) ou biologique (pièges mortels régulièrement surveillés et réapprovisionnés). Nos pièges ou postes d'appâtage sont installés à des endroits stratégiques, sécurisés, numérotés et répertoriés via rapport, ils sont identifiables par un marquage de façon à les visualiser rapidement + fiches de sécurité des substances actives utilisées. Possibilité de mise sur plan des pièges ou postes d'appâtage avec numérotation des points de contrôle.

3. Bouleverser le cadre de vie des rongeurs, ne pas créer l'environnement idéal.

4. Conseils en matière d'herméticité des locaux, de stockage et de nettoyage afin de limiter la pénétration et la prolifération des rongeurs ainsi, prévention de réinfestation.

5. Réalisation de petits travaux d'étanchéité et de colmatage des locaux.

6. Pour les professionnels, un carnet d'entretien est fourni comprenant l'historique des interventions, les substances actives utilisées et toutes les informations nécessaires à leur activité.